Accueil » Uncategorized » Sarkozy et Hollande s’évaluent à distance, François Bayrou enrage

Sarkozy et Hollande s’évaluent à distance, François Bayrou enrage

Via Scoop.itPalmarès des blogueurs franco-japonais

Ils se regardent le nombril, sans oublier de jeter un coup d’œil à celui du voisin. Nicolas Sarkozy, François Hollande et François Bayrou ont analysé leur propre campagne et disséqué celles de leurs adversaires, au fil d’une journée qui les a amenés tous les trois en Languedoc-Roussillon, jeudi 29 mars, pour parler aux syndicalistes agricoles réunis à Montpellier.

Au Café de l’avenir, Nicolas Sarkozy voyait le sien en rose. En 2007, à la mi-février, il avait confié : « Je la sens bien, cette campagne. » Cette fois, il n’a pas osé, mais il a multiplié les signes de confiance lors d’un échange informel avec la presse dans cet établissement de Vestric-et-Candiac, commune proche de Nîmes. « Vous ne mesurez pas l’accélération des choses, a-t-il reproché aux journalistes. Le mouvement de fond, on le sent venir avant les sondages. Ça se joue dans les émissions, dans les audiences, dans les salles. » Des salles chaleureuses et plus remplies qu’en 2007, a-t-il répété.

 

TOURBILLONS D’ANNONCES

 

Convaincu que la « dynamique » est désormais de son côté, le candidat UMP juge sévèrement son adversaire socialiste. « Je ne regarde pas ce qu’il fait », a-t-il assuré. Cela ne l’empêche pas d’avoir une idée précise des failles et des lacunes de M. Hollande, qui, selon M.Sarkozy, n’est pas dans le bon tempo. « Le programme du PS, ça paraît il y a un siècle ! Regardez son livre, qui en parle ? Le mien, tout le monde en parle, et je ne l’ai pas fait », observe le président-candidat.

Le socialiste souffrirait aussi d’une difficulté à soulever l’enthousiasme. »C’est un candidat excellent qui ne fait pas d’audience », ironise le sortant. Et puis, « quelle idée est sortie de son programme à part les 75 % ? », demande M. Sarkozy, faisant allusion à la promesse d’une tranche d’imposition supplémentaire au-dessus de 1 million d’euros de revenu. »Je dois à la fois faire mon programme et le sien. Si je peux rendre service… », a lancé M. Sarkozy, plus tard, lors d’un meeting à Nîmes. Pour lui, une chose est sûre : « Le changement, c’est nous. » « Toutes les idées nouvelles viennent de nous », proclame-t-il.

« Je ne veux pas faire comme lui, inventer une proposition nouvelle par jour. Je ne crois pas que c’est ce qu’attendent les Français », disait de son côté M. Hollande, à Montpellier.

(…)

 

Dans l’équipe de François Bayrou, nul ne fait plus mine d’ignorer l’évidence: derrière les principaux candidats, la dynamique du centriste n’est pas bonne. La raison serait à chercher dans une campagne tirée vers le bas, à dessein, par les favoris. Directrice de campagne de M. Bayrou, Marielle de Sarnez, expliquait jeudi : « Hollande et Sarkozy ont installé un monopole de la vacuité. Ils monopolisent le non-débat. Il faut que François cogne, il faut qu’il se mette en colère. »

(…)

Via www.lemonde.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :